Copy
View this email in your browser
LETTRE D’INFORMATION N°13
(D.R.)

               A LA RECHERCHE DE NOUVEAUX DONS (défiscalisés)

                                   POUR DE NOUVEAUX PROJETS



Auditrices sachant podcaster,

Podcasteurs sachant auditer,


          La convention triennale qui nous liait à la compagnie MMA depuis septembre 2017 est arrivée à son terme. Grâce à ce mécénat décisif, nous avons pu installer notre peau de caste dans le paysage. Il nous faut donc retrouver 50.000€, l’équivalent d’un tiers de notre budget. D’où cette campagne de financement à laquelle votre participation est décisive pour l’avenir de notre peau de caste et pour en maintenir la vitalité.

          ​​Reconnu comme un organe de presse, Le Nouvel Esprit public peut recevoir des dons défiscalisés à la hauteur de 66% de leur montant pour les particuliers et de 60% pour les entreprises.​

          Au fil de ces trois années, nous avons reçu de généreux soutiens ponctuels. Ils représentent 40% des dons, c’est dire si nous les apprécions. Les contributions mensuelles, quant à elles, nous permettent d’avoir une visibilité sur nos finances et donc de prendre des initiatives en matière d’équipement, d’organisation d’émissions publiques hors Paris, de développement de notre site etc. Il va de soi que tous les dons sont accueillis avec gratitude à partir de 5€. Toutefois, sachant que si 140 auditeurs nous soutiennent à hauteur de 30€ par mois, (ce qui ne leur en coûtera que 10€ après défiscalisation), nous récupérerons ces 50.000€ annuels. Mais si 210 d’entre vous nous font un don mensuel de 20€ (7€ après défiscalisation), le résultat sera atteint. Rien ne s’oppose à ce qu’il soit dépassé…

          Depuis son lancement en septembre 2017, Le Nouvel Esprit public a multiplié les initiatives : aux enregistrements de nos conversations sur l’actualité nationale et internationale se sont ajoutés des échanges avec les auditeurs, mais aussi les dialogues qui, dans la rubrique Kitafétoi, font raconter par un(e) invité(e) les rencontres qui l’ont constitué(e). Pendant le premier confinement, nous n’avons manqué qu’un seul rendez-vous du dimanche. Mieux, dès la fin mars, nous avons diffusé un « bada » hebdomadaire au cours duquel celles et ceux de nos auditeurs installé(e)s hors de France ont décrit la situation sanitaire, sociale, politique là où ils vivent : Japon, Pérou, Royaume-Uni, Côte d’Ivoire, Italie, Vanuatu, Brésil, Ghana, Chili, San Francisco, Jordanie, Hong Kong, New York, Corée du Sud, Australie, Grèce, Russie… En septembre et octobre, nous sommes revenus vers eux pour un deuxième (petit) tour du monde.

          Pour la saison 2020-2021, nous entreprenons une nouvelle série de suppléments consacrés, ceux-là au monde de la culture. C’est un univers fait d’une quantité de professions dont beaucoup sont méconnues, ignorées ou fantasmées. C’est aussi un univers qui subit la crise actuelle avec une rigueur toute particulière. Notre​ projet est d’interroger des protagonistes de l’un ou l’autre des métiers de la culture. Les protagonistes, mais aussi les seconds rôles, les petites mains, et, plus généralement, les artisans, si divers et si nombreux, qui font vivre cet univers. Nous leur demanderons de nous faire voir midi à leur porte, sans prétention à la sociologie, mais plutôt à une mise au pot commun de leur expérience. Pour que vive le cinéma, par exemple, il faut des producteurs, des distributeurs, des metteurs en scène, des stars, des acteurs, des ingénieurs du son, des directeurs de la photo, des accessoiristes, des monteurs, des scriptes, des régisseurs, des bénévoles qui animent les ciné-clubs ou assurent la programmation des salles isolées etc. Tous ont quelque chose à nous faire comprendre de leur métier ou de leur engagement. Vous pouvez d’ores et déjà écouter le premier de ces entretiens sous l’onglet Badas. Il y est question de l’Opéra Comique, du théâtre des Bouffes du Nord, de la mise en scène, du répertoire, de Peter Brook… et du public. Mon invité est Olivier Mantei, aux manettes de la salle Favart, mais aussi successeur adoubé par Peter Brook aux Bouffes du Nord et auteur de Public / Privé: Nouvelles acceptions culturelles, (Riveneuve, Paris 2014) 

 

           Si vous pensez que Le Nouvel Esprit public joue un rôle nécessaire dans un univers saturé de débats de coqs, de conformisme intellectuel, de crainte révérencielle du jugement des réseaux sociaux, de fétichisation des mesures d’audience et de mise à l’épreuve permanente de nos nerfs par des bruits de bouche constants et inconsistants, participez à notre financement.

 

​​​​​Merci,

                                        Très cordialement,

                                             Philippe Meyer

                  

Soutenez-nous
Twitter
Facebook
Website


Nous contacter

contact.lenouvelespritpublic@gmail.com

A propos du Nouvel Esprit Public 

« Après vous avoir écouté, on se sent plus intelligents ». C’est le compliment le plus fréquent fait aux participants à notre émission. Les auditeurs apprécient les échanges documentés, l’écoute attentive, l’ambiance cordiale de cette conversation entre quatre intervenants modérés avec humour par Philippe Meyer. Venus des horizons les plus divers, ils ont le loisir de s’exprimer complètement et le souci de se répondre. Ils ne cherchent pas à emporter ni à importer leurs convictions mais à éclairer leur auditoire.

Données personnelles et respect de la vie privée 

Si vous ne souhaitez plus recevoir de lettres d’informations de notre part, merci de nous le signaler à l'adresse mail ci-dessus. 







This email was sent to bernouah@gmail.com
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Le Nouvel Esprit Public · 4 rue de la Vrillière · Paris 75001 · France