Copy

Bon, je vais être franc avec toi.

La formation de la semaine dernière sur la Bourse a fait un carton.

En fait... tellement de gens l’ont pris que j’ai dû désactiver la notification sur mon téléphone qui fait « Cha-Ching ! » à chaque vente, pour cause de nuisance sonore.

Je ne vais pas te cacher que même si j’ai été surpris par l’ampleur de son succès, je m’attendais un peu à ce qu’elle fasse partie de mes best-sellers.

La raison ? Parce que je suis sorti de mon domaine d’expertise, et je me suis attaqué à un fort bien gardé.


Ce que j’appelle les forts bien gardés...

Ce sont les thématiques qui appartiennent à un petit groupe d’experts autoproclamés, qui voient d’un mauvais œil toute tentative d’intrusion sur leurs platebandes.

As-tu déjà remarqué que sur un bateau, il y a un jargon pour tout ?

Il est interdit de prononcer le mot « corde », alors qu’il y a des cordes partout. On doit dire « bout » à la place...

Même la gauche et la droite (qui sont pourtant des notions comprises par l’ensemble des adultes) ont été remplacées par Bâbord et Tribord.


Dans tous les domaines d’expertise, il y a un jargon.

Et le jargon sert à une chose : à créer une différence visible entre les débutants et les experts, et à rendre la tâche des débutants plus difficile.


Dans la Bourse, c’est pareil.

Quand une entreprise est cotée en Bourse, on dit qu’elle devient « publique ».

Tout le monde devrait donc pouvoir en posséder.

Pourtant, la plupart des gens ont le sentiment qu’ils n’ont « pas le droit » d’en posséder parce qu’ils ne sont pas assez experts.

Ils ne connaissent pas le jargon, et se sentent intimidés (ou parfois dégoûtés) par ces traders en costard qu’ils imaginent avec un téléphone à l’oreille en train de crier « Achetez ! Vendez ! » dans une tour à La Défense...

Pourtant, les mécanismes de la Bourse sont plutôt simples à comprendre, et peuvent profiter à beaucoup de monde.


La preuve ?

Je pense que l’on peut affirmer sans trop de risque de Warren Buffet, qui a gagné des milliards en achetant des actions, n’est pas le plus débutant des boursicoteurs.

Pourtant, l’ensemble de ses conseils d’investissements pourraient tenir sur le coin d’une serviette en papier.

Dans toutes les interviews, il répète la même chose : « Achetez des actions d’entreprises que vous comprenez, quand leur prix est bas, et gardez-les le plus longtemps possible... »

C’est simple à comprendre pour le commun des mortels...

Et ça agace beaucoup de « professionnels », dont le métier est souvent de jouer avec l’argent des autres.


Quand j’ai lancé la formation La Bourse Pour Tous...

J’ai expliqué que le but de la formation n’était pas de devenir trader, mais d’apprendre à placer son argent simplement et concrètement, avec une optique long terme.

C’est la base, et tout le monde devrait être capable de le faire.


Mais apparemment, au vu du nombre de commandes, beaucoup de gens n’y connaissaient rien et avaient envie d’apprendre.

Ces gens-là ne sont pas allés voir les nombreux experts sur le sujet, parce que les experts sont très forts pour décourager les débutants.

Le but de ma formation, c’était de briser ces barrières à l’entrée pour rendre les entreprises publiques VRAIMENT publiques. En tout cas, pour mon audience.

Et évidemment, ça n’a pas fait plaisir à tout le monde.


Bien que la majorité des messages que j’ai reçus étaient curieux et bienveillants, j’ai reçu quelques messages croustillants, comme celui-ci :

Excuse moi, mais quel legitimité as tu pour vendre des formations en finance de marché ? Tu as été trader ? Ou peut être t’as fait une agrégation en la matière ? Demain tu liras la “medecine pour les nuls” et tu vendras des formations en chirurgie ? 

Évidemment, les derniers mots m’ont fait rire.

Je crois que tout le monde est d’accord pour laisser la chirurgie aux chirurgiens.

Mais heureusement que des personnes sans diplôme mais avec beaucoup de pédagogie et de bon sens parlent de santé et d’alimentation, parce qu’on ne peut pas dire que les conseils des médecins en la matière aient été d’une grande efficacité.


Si tu t’attaques à un fort bien gardé...

Tu vas te faire haïr par les gardiens.

Il faut les comprendre : ils ont passé des années à construire une forteresse infranchissable à l’aide de jargon inutile, de graphiques incompréhensibles et d’intimidation répétés.

Et toi, tu arrives, et tu détruis tout d’une pichenette.


Mais il faut savoir que détruire un fort bien gardé, c’est un des plus grands raccourcis vers le succès.

Free s’est fait connaître en cassant les prix abusifs fixés par le cartel des opérateurs.

N26 et Revolut ont prouvé qu’une banque n’avait pas besoin d’être incompréhensible et remplie de banquiers qui te vendent des produits financiers pour être sécurisée et fonctionner comme un charme.

Des centaines d’auteurs ont rendu des disciplines autrefois réservées aux experts accessibles à tous.

Ces gens sont détestés par leurs concurrents, mais adorés par leurs clients, parce qu’ils remettent le pouvoir entre leurs mains.


À ta façon, tu peux remettre un peu de pouvoir entre les mains de tes élèves.

En jouant un rôle méprisé par la plupart des experts : celui de vulgarisateur.

En ayant le courage de mettre le pied sur un territoire bien défendu...

En contournant le jargon et la complexité inutile...

Et en montrant à tes élèves qu’eux aussi sont capables d’y arriver.


Certains vont te traiter d’imposteur et te mettre des bâtons dans les roues...

Mais c’est parce qu’ils ont peur de voir leur forteresse tomber.

Tes clients, eux, vont te remercier.


À demain,

Antoine







This email was sent to <<Adresse email :>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
BM PROD · 66 Avenue des Champs-Élysées · Paris 75008 · France