Copy
View this email in your browser

Actualités de la conservation                                        Conservation News 
English

MAHICANS DIAMOND
DIRECTEUR DES SENTIERS
Échange : Mahicans Diamond, directeur de l'équipe de construction des sentiers avec Hélène Hamel, coordonnatrice communautaire.

Une lecture de 4 minutes

Lorsque j'ai interviewé Mahicans Diamond plus tôt cette année, j'ai été frappée par son amour profond de la forêt ainsi que par sa personnalité sereine. Vous pouvez sentir qu'il tire un immense plaisir à travailler dans la nature et à construire des sentiers de qualité qui invitent ceux qui les empruntent à découvrir la forêt. Il croit fermement aux bienfaits que procure la forêt pour la santé.

Son travail commence au printemps avec la planification des nouveaux sentiers. Il sillonne littéralement la forêt afin de couvrir autant de nouveaux terrains que possible. Il assimile le terrain à partir de la base. Puis, à l'aide de cartes et du contremaître des sentiers, Matthew Cleary, il planifie le tracé en tenant compte de la pente, du débit de l'eau (au ruissellement du printemps,) des arbres et de la végétation. Il évite les zones écologiquement sensibles et fait en sorte de les protéger en gardant les sentiers bien en dehors de ces environnements.
 
La longueur maximum de voie pédestre par secteur est limitée à la longueur de son périmètre. Mahicans a fait de ce projet le projet de sa vie. Il continuera tant que la Fiducie pourra se permettre de supporter ses services, pour porter la distance des sentiers jusqu’à leur maximum. Comme dit Mahicans : « Cela dépend aussi de la collecte de fonds ! »
 
Très peu d'équipements mécaniques sont utilisés pour la construction des sentiers. Mahicans et Matthew ont été tous deux formés auprès d'autres entreprises qui utilisent toutes les techniques, de la mécanique à la main. Ces connaissances leur permettent de choisir les meilleures méthodes pour leur mission et ce avec un minimum d'intrusions mécaniques.

L’arsenal d’équipements indispensables comprend le McLeod, le Pulaski et le Mattock. Cela peut paraître drôle ou étrange, mais ce sont les vrais noms des outils essentiels à l’équipe.

                      

La philosophie de Mahicans est d’utiliser les matériaux dont il dispose. Il y a évidemment une économie de coûts, mais il y a aussi un facteur écologique. Le seul matériau étranger est le bois utilisé pour la construction des ponts et parfois des escaliers. Quand les matériaux ne sont pas disponibles dans la nature, ils cherchent à recycler. Un bel exemple : ils ont choisi de réutiliser de vieux poteaux de téléphone pour fabriquer les escaliers près de la plage Ethan. Comme il l'a dit : "Nous sommes des maçons, des bûcherons, des charpentiers, mais surtout des paysagistes" qui choisissent les bons matériaux pour rendre chaque marche agréable. Les sentiers sont construits pour durer. Mahicans aimerait que ses petits-enfants profitent du résultat de son travail.

Pendant l'été, il engage des étudiants pour compléter l'équipe professionnelle. Les étudiants sont formés à l'art de la construction de sentiers. Certains survivent aux moustiques et reviennent même pour un deuxième été, d'autres passent à autre chose. Quoi qu'il en soit, ils apprécient tous le temps qu'ils passent dans la forêt, à voir la faune et à acquérir de nouvelles compétences.

Mahicans termine la saison de construction en novembre. Lorsqu'on lui a demandé ce qu'il allait faire pendant l'hiver, il a répondu avec un grand sourire : "Travailler sur ma propre maison et tous les projets que je n'ai pas pu faire pendant l'été."
Une courte interview vidéo de Mahicans est disponible sur le site web.

2021 est notre 10e anniversaire. En juillet et en août, il y aura des événements où vous pourrez rencontrer l'équipe.
 

Vous pouvez soutenir le travail de conservation de la Fondation et Fiducie de conservation Massawippi par un don. Le site web offre une plateforme de dons ainsi que des instructions pour l'envoi postal.
Restez à l'écoute pour plus de détails via le site web, notre bulletin d'information ou Facebook.

 

Les sentiers existent pour vous. Vos dons, même modestes, sont importants ! ! 

Faire un don

Profil : Louise Ransom

Temps de lecture 3 minutes
 

Le mois dernier, notre profil a présenté David Rittenhouse, un des premiers membres du conseil de la Fondation et Fiducie Massawippi.

Ce mois-ci, nous aimerions vous parler de Louise Ransom, la toute première personne à faire don de son terrain afin qu’il soit préservé et conservé à perpétuité. Elle a mené la charge avec son don et a également donné de l'argent pour créer une dotation afin de couvrir les dépenses futures. Elle était notre PREMIÈRE HÉROÏNE !

Louise Ransom est une New-Yorkaise.  Sa famille, comme beaucoup d'autres américains de la région, venait au lac depuis des générations. Jeune fille, elle est venue avec sa famille rendre visite à sa grand-mère qui avait une propriété sur le lac. Son père adorait faire de la voile sur son voilier, Sadie.

Son arrière-grand-mère avait acheté le chalet en 1919 de Frank McNulty. Son père a hérité du chalet en 1943 et Louise en est devenue propriétaire en 1952. En plus d'être un fervent marin, son père était également secrétaire du North Hatley Club. Louise travaillait à Manhattan en publicité. Elle venait chaque été au mois d'août. En 1981, elle a vendu le chalet à son neveu, Warren Ransom.
Cependant, elle a conservé une petite parcelle de terre qu'elle a donnée à la fondation en 2012. La propriété de cinq acres et demie est une forêt qui contient une flore importante dont des espèces menacées. La fiducie réfère à cette propriété comme la « Louisiana » car c'est le nom affectueux que lui ont donné les membres de sa famille lorsque Louise l'a achetée pour elle-même.

Louise a donné la propriété à la fiducie parce qu'elle voulait en assurer la protection. Après une conversation avec Tom Wilcox elle a compris que la montagne était menacée par le développement.

Aujourd'hui elle vit à Manhattan, toujours dans le même appartement où elle a emménagé en 1961. Elle se souvient des étés passés au lac et espère que les changements depuis ne sont pas trop importants. Elle n'y est pas revenue depuis le début des années 2000.

Nous nous sommes promis de nous échanger quelques photos. Elle est curieuse de voir à quoi ressemblent le lac et le village aujourd'hui. Nous sommes curieux de voir à quoi ressemblait le village lorsque Louise y passait ses vacances.  Nous partagerons ses photos avec vous.

L'histoire de Louise s'inscrit dans une riche tradition de séjours passés au Canada par des Américains qui voulaient échapper à la chaleur du sud et aux grandes villes. Son don fait maintenant partie de la tradition de conservation des propriétaires terriens qui reconnaissent le besoin urgent de protéger les forêts et le bassin versant. En conservant la terre, la fiducie Massawippi est un acteur dans la préservation de la beauté naturelle du lac et des terres environnantes pour les générations à venir.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le don de terres à la fiducie Massawippi, veuillez nous envoyer un courriel à info@massawippi.org

 
Envoyez-nous vos commentaires et réactions.  

Nous serions ravis d'avoir de vos nouvelles. Envoyez-nous vos commentaires, questions, histoires et photos!
 
    Envoyez-nous un courriel à info@massawippi.org
   Suivez-nous sur Facebook Fondation Massawippi Foundation
   Postez vos photos et identifiez-nous sur Instagram fondation_massawippi

 

Conservation News 
Interview with Mahicans Diamond
Exchange: Mahicans Diamond, director of the trail construction team with Hélène Hamel, community coordinator.

4 minute reading time.
 
When I interviewed Mahicans Diamond earlier this year, I was struck by his deep love of the forest as well as his calm personality. You can see that he derives immense pleasure from working in nature and building quality trails that attract people to the forest. He is a firm believer in the health benefits of the woods.

His work starts in the spring with the planning of the new trails. He literally runs through the forest in order to cover as much new terrain as possible. He gets a feel of the land from the ground up. Then, with the help of maps and the trail foreman, Matthew Cleary, he plots the trail taking into consideration the pitch, the flow of the water after the spring runoff, the trees and vegetation. He avoids ecologically sensitive areas and protects them by keeping the trails well outside these environments.

To avoid crowding, the length of the trails on a property never exceeds the length of the perimeter of that property.

When asked how much longer he will be building the Massawippi Trail he said, “It all depends on the fundraising!” He and the team are happy to keep working until their retirement!

Very little mechanical equipment is used in the building of the trails. Mahicans and Matthew have both trained with other companies that use all techniques from mechanised to hand made. This knowledge allows them to choose the best methods to build the Massawippi Trail with a minimum amount of mechanical intrusions. The must have arsenal of tools include the McLeod, the Pulaski and the Mattock. Funny and strange, these are the real names  for the essential work horses of the trail building team.

                                            
                    McLeod                         Pulaski                    Mattock
    
Mahicans also prefers to use the materials at hand. Obviously there is a cost savings but there is also an ecological factor. The only foreign material is some lumber used for building the bridges and occasionally the stairs. For example they chose to repurpose old telephone poles to make the stairs near Ethan’s Beach. As he said: “We are stone masons, lumberjacks, carpenters but most of all landscapers” who choose the right materials to make each step enjoyable. The trails are built to last. Mahicans would like his grandchildren to enjoy the results of his labour.

During the summer he hires students to supplement the professional team. The students are trained in the art of trail building. Some outlast the mosquitoes and even come back for a second summer, others move on. Regardless, they all appreciate the time they get to spend in the forest, seeing the wildlife and learning new skills.

Mahicans ends the trail building season in November. When asked what he would be doing over the winter with a big smile he said: “Working on my own house and all the projects I was not able to do during the summer.”
 

A short French interview with Mahicans is available on our website.

2021 is our 10th anniversary. Events will be held in July and August were you will be able to meet the team. Stay tuned for more details via the website, our newsletter or Facebook.

Information on donations.
 
 
The trails are built for you. Your donations, even small ones, are important!

Profile of Louise Ransom
Time to read 3 minutes.
 
Last month our profile introduced David Rittenhouse who was one of the first trustees of the Massawippi Foundation and Trust. 
 
This month we would like to tell you about Louise Ransom, the very first person to donate her land in order to have it preserved and conserved in perpetuity. She led the charge with her gift of land and also gave money to create an endowment to cover future expenses. She was our FIRST HERO!

Louise Ransom is a New Yorker who, like many other Americans in the region, was part of a family who had been coming to the lake for generations. As a young girl she came to visit her grandmother who had a property on the lake. She came with her family. Her Father loved to sail in his sailboat named Sadie.

Her great grandmother had bought the cottage. in 1919 from Frank McNulty. Her father inherited the cottage in 1943 and Louise became the owner in 1952. Apart from being an avid sailor, her father was also the secretary of the North Hatley Club. Louise worked in Manhattan in the advertising business. She came regularly every summer in August. In 1981 she sold the cottage to her nephew, Warren Ransom.

However she had a small parcel of land which she had kept and then gave to the foundation in 2012.The five and a half acre property is a forest that contains biologically significant plants and endangered species. The property is referred to as “Louisiana” by the Trust as this was the affectionate name given to it by members of her family when Louise purchased it for herself.

Louise gave the property to the Trust because she wanted to ensure its protection. She spoke with Tom Wilcox and understand the mountain was under threat from development.

Today she lives in Manhattan in the same apartment that she moved into in 1961. She remembers the summers on the lake and hopes that the changes are not too dramatic. She has not been back to the lake since the early 2000's.

We have promised to exchange some photos. She is curious to see how the lake and the village look today. We are curious to see pictures that Louise will be sending us from the time when she spent her vacation in North Hatley. We will share them with you.

Louise’s history is part of a rich tradition of Americans travelling to Canada to escape the heat of the south and the big cities. Her gift is now part of the conservation tradition of land owners recognizing the urgent need to protect the forests and watershed. By conserving her the Massawippi Trust hopes to preserve the natural beauty of the lake and surrounding land for generations to come.

If you would like to find out more about donating land to the Massawippi Trust, please send us an email .
 

Send us your comments and feedback.  

We would love to hear from you. Send us your comments, questions, stories and photos!

              Email us at info@massawippi.org
       Like us on Facebook Fondation Massawippi Foundation
       Post your pics and tag us on Instagram fondation_massawippi


Facebook
Website
Copyright © 2020 Massawippi Foundation, All rights reserved.


Our mailing address is:
info@massawippi.org


Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.

 






This email was sent to <<Email Address>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Fondation Massawippi Foundation · PO Box 2582 · North Hatley, QC J0B 2C0 · Canada

Email Marketing Powered by Mailchimp