Copy
afficher cet email dans mon navigateur
8a08e1dc-466c-4162-9d42-b48f472cf4b3.png
Bons Plants
Bonjour à toutes et tous,

Ce nouveau numéro de Bons Plants vous emmène en plein bois de Vincennes, à Paris, où Sonia a été initiée à l’agriculture par un couple de paysans, et où elle élève maintenant des poules. Le podcast et la newsletter sont réalisés et écrits par Thibaut Schepman, journaliste et jardinier en ville.

N’hésitez pas à partager ce mail avec qui vous voulez sur Facebook, Twitter ou par mail. D’ailleurs si vous recevez cette lettre par un partage, vous pouvez vous abonner ici. Vous pouvez aussi nous écrire à cette adresse.
LE PARLER POULES
Comprendre
Les poules gloussent, caquettent et parfois elles crétellent (après la ponte). Quand on les approche, elles codèquent et coucassent. Elles crient, quoi. Mais que disent-elles ? Et que comprend une poule quand elle entend l'une de ses congénères s'exprimer ? Posez la question autour de vous, on vous répondra souvent : « Pas grand chose ». En langage familier, la plupart des verbes qui désignent les sons de la poule sont même synonymes de bavardages futiles.
Mais l'étude du comportement des gallinacés avance à grands pas, et nous apprend que le langage des poules est bien plus complexe qu'on ne le croit.
En France, l'éthologue Sophie Lumineau a publié une thèse sur les communications entre les poules et leurs poussins. Elle y analysait comment les femelles et leurs petits développent des échanges vocaux avant même l'éclosion, à travers la coquille de l'oeuf. Quand une poule échange vocalement avec son petit à la naissance, elle poursuit un dialogue entamé depuis plusieurs jours déjà.

Si c'est un langage, peut-on en tirer des lois, une grammaire ? Il y a quelques mois, le journaliste américain Ferris Jabr a écrit un article passionnant à ce sujet. Il citait les travaux de chercheurs qui ont enregistré et inventorié les cris de poules dans différentes situations plus ou moins confortables. Ils ont utilisé les bandes sons obtenues dans le cadre d'un programme de « machine learning ».
A gros trait, cela revient à apprendre à une intelligence artificielle à décoder les grandes lignes de la langue des poules. Et ça marche, un peu.
Leur programme est désormais capable de reconnaître à son cri une poule heureuse d'une poule en situation désagréable ou en détresse. Ils sont très loin de saisir toute la subtilité de la communication de ces oiseaux, mais c'est un premier pas pour ces chercheurs dont le but affiché est de concilier élevage industriel et bien-être animal.

Reste à savoir si c'est possible. Il a une vingtaine d'années, l’éthologue australien Chris Evans avait montré comment les poules parviennent à communiquer entre elles des informations très précises grâce à une trentaine de sons différents, mais aussi certains gestes et attitudes corporelles. Lui en est convaincu : « Il faut cesser de considérer les poules comme des machines à pondre et changer les conditions dans lesquelles elles vivent ».

Là où les poules ne sont pas ou peu enfermées et sont suffisamment peu nombreuses pour être observées quotidiennement, de nombreux anonymes ont décelé les bases du langage de la poule. Des petits éleveurs disent les comprendre ou s'amusent à imiter leurs animaux. C'est le cas de la blogueuse et auteure de livre sur l'élevage de poules américaine Melissa Caughey. Elle a d'abord réussi à distinguer chez ses poules le son équivalent selon elle à des « bonjour » et des « bonne nuit ». Et puis, raconte-t-elle, elle a réalisé que ses poules lui avaient attribué un cri. Pour entendre ses poules prononcer son prénom, c'est là.
LE PODCAST
Sonia, comment devenir une maman poule
Que dit une poule quand on lui tend un micro ? Vous le saurez dans le nouvel épisode de Bons Plants. On vous explique aussi pourquoi et comment adopter un gallinacé en pleine ville, avec Sonia qui nous accueille dans son poulailler de la Ferme de Paris, dans le bois de Vincennes.
ÉCOUTEZ L’ÉPISODE N°12
CETTE NEWSLETTER EST SPONSORISÉE AVEC AMOUR PAR
Les Éditions Ulmer
Les Editions Ulmer sont spécialisées dans les domaines de la nature et des jardins. Découvrez la richesse et la beauté de leurs livres qui sont évidemment en évidence sur nos étagères.
ulmer
www.editions-ulmer.fr
A ÉCOUTER
C’est l’un des programmes préférés du producteur de Bons Plants, Alexandre Brachet. Entre 2013 et 2015, 61 épisodes du podcast Urban chicken podcast ont été diffusés. Les archives sont consultables ici, et abordent des sujets parfois très pratiques (Faut-il acheter une poule ou commencer par une location ?), techniques (Comment choisir la race de sa poule ? Que signifient la taille et la couleur des oeufs de vos poules ?) ou même très inspirants (l’histoire de la première femme à avoir développé sa propre race de poules, un débat sur l’utilité des poules pour les survivalistes).
LE CONSEIL
Gratter la terre, avaler tout ce qui traîne en commençant par vos graines tout juste semées puis déféquer. Voilà les principales activités d’une poule en liberté, souvent vue comme incompatible avec le jardinage. Mais ça, c’était avant les tunnels à poules, poulaillers mobiles et autres moyen de concilier les gallinacés et le potager productif. En gros, ils consistent à déplacer les poules sur votre terrain aux moments qui vous conviennent, suffisamment longtemps pour fertiliser votre sol mais en les déplaçant assez régulièrement pour éviter qu’elles transforment certains coins en tas de sable. Parmi les exemples cools, on aime beaucoup l’expérience de Bruce Morgan, un Géo Trouvetou un peu fou australien dont les exploits sont visibles ici.
LA VIDÉO
C’est sûrement notre vidéo préférée de tout l'Internet sur les poules. Sans vous révéler trop de choses, on peut simplement vous dire qu’on y voit l’un des pontes de la permaculture Geoff Lawton, des poules et beaucoup de génie écologique.
L'ACTU
Un expert du CNRS et un pro de la vulgarisation scientifique s’associent pour vous décrire la vie des fourmis en BD. Les six épisodes sont passionnants.

L’exposition aux pesticides à faibles doses, sous les seuils réglementaires, est-elle dangereuse ? Non, selon les protocoles scientifiques habituels. Peut-être, selon une étude de l’INRA décrite ici par le journaliste scientifique Sylvestre Huet.

Ce club ornithologique féministe observe les oiseaux dans une démarche de science participative. On y discute à la fois intersectionnalité et moyens d’interagir avec la nature dans la ville. Et on se passionne pour la fauvette de Kirtland, un oiseau de 16 grammes en voie de disparition.
L’AGENDA
Le week-end du 21 et 22 juillet
On vous recommande la Fête des plantes 2018 de Creully (14), la Promenade-conseils dans le potager : « à la découverte d'un potager atypique » du Château de Mesnil Geoffroy (76) et la Fête du Sentier Pieds-nus au Parc de Wesserling (68).
Le week-end du 28 et 29 juillet  
Les hydrangéades du Mesnil à Montérolier (76) et les Dimanches des jardiniers aux Jardins Terre Vivante à Mens (38). 
Participez.
Ecrivez-nous pour nous dire ce que vous aimez, nous partager vos idées et vos découvertes.
CONTRIBUER
Faites connaître.
Partagez Bons Plants à vos amis sur Facebook, Twitter ou par mail.
Facebook Twitter Email
Pour être sûr(e) de recevoir Bons Plants, ajoutez
« contact@bonsplants.com » à votre carnet d’adresses.

Vous recevez cet email parce vous vous êtes abonné, sur notre site ou notre page Facebook, à la newsletter Bons plants.
Copyright © 2018 Upian, All rights reserved.

Notre adresse :
BonsPlants.com Upian - 6 Villa Marcel Lods Paris 75019 France

Cette newsletter est adressée à <<Adresse Email>>
Me désinscrire de cette liste - Mes préférences d'abonnement