Copy
afficher cet email dans mon navigateur
8a08e1dc-466c-4162-9d42-b48f472cf4b3.png
Bons Plants
Bonjour à toutes et tous,

Bienvenue dans ce nouveau numéro de Bons Plants, qui ouvre la deuxième saison de notre émission. En plus des portraits de jardiniers, nous allons désormais vous proposer d’écouter des conversations thématiques avec les meilleurs spécialistes du jardinage. Le but ? Vous transmettre la main verte. Le podcast et cette newsletter mensuelle sont réalisés et écrits par Thibaut Schepman, journaliste et jardinier en ville.

N’hésitez pas à partager ce mail avec qui vous voulez sur FacebookTwitter ou par mail. D’ailleurs si vous recevez cette lettre par un partage, vous pouvez vous abonner ici. Vous pouvez aussi nous écrire à cette adresse.

Merci à notre sponsor Vattenfall, fournisseur d'électricité neutre en carbone. 
C'EST PAS DIFFICILE
Compost
Un peu partout sur la planète, des gens tentent de réensauvager des écosystèmes entiers. Des projets de ce genre naissent en Sibérie, aux Etats-Unis et même dans le Tarn ou dans le Morvan. Il faut d’abord cesser de cultiver ou même d’arpenter un espace, puis aider les espèces indigènes à revenir et/ou à se développer, et, enfin et surtout, laisser faire la nature.

Le but est noble. Il s’agit de laisser une véritable place à la nature dans nos vies, et ainsi de contredire la prophétie de Romain Gary qui alertait en 1968 dans sa Lettre aux éléphants : « Dans un monde entièrement fait pour l’homme, il se pourrait bien qu’il n’y eût pas non plus place pour l’homme. » Mais il faudra des années, des décennies, voire des siècles avant de voir les résultats apparaître.  
Il est des activités similaires, capables de faire naître en nous un émerveillement incontestable, mais plus modestes et beaucoup plus rapides. Le compost en est une.
L’immense majorité des épluchures et autres déchets organiques des foyers français finissent dans des sacs poubelles en plastique, avant d’être enfouis sous terre ou incinérés. En les compostant, on se reconnecte au cycle naturel de la matière organique, puisque nos épluchures deviennent en quelques mois une sorte d’humus parfait pour cultiver de nouveaux végétaux.
Encore faut-il laisser une place à ces déchets dans notre cuisine ou sur notre terrasse. Encore faut-il aussi se réapproprier les techniques et les savoirs autour du compostage.
Les deux invités de notre première émission sont là pour nous en donner l’envie, et pour transmettre leur savoir. C’est grave si je consomme beaucoup d’oranges et de citrons ? Peut-on aussi mettre le marc de café au compost ? Ils vont répondre à ces questions et contribuer, à leur échelle, à nous donner la main verte. C’est le but de notre émission et nous espérons y parvenir avec vous, tous les quinze jours, dans les mois qui viennent.
LE PODCAST
Le compost, c’est pas difficile.
Où l'on discute avec Jean-Jacques Fasquel, pionnier du compost en pied d'immeubles à Paris et auteur du livre Composter en ville : le recyclage des biodéchets pour tous et partout et Alexandre Guilluy, fondateur des Alchimistes, une entreprise qui installe des petites machines à composter dans nos villes. Ils nous donnent leurs astuces pour composter, quelque soit notre situation. Avec un mot d'ordre : détendez-vous, le compost ce n'est pas si compliqué et on peut y mettre un peu tout ce qu'on veut, à condition que ce soit varié. Même les agrumes ? Même les agrumes !
ÉCOUTEZ L’ÉPISODE N°1
LA VIDÉO
Dans cette émission, il est question d’une vidéo où l’on voit Ben Falk, un permaculteur du Vermont, prendre une douche dans la neige avec de l’eau chauffée au compost. La voici. Il s’inspire d’un Français trop peu connu, Jean Pain, qui a inventé tout un tas de choses autour du compost en Provence dans les années 1970. Pour ceux que ça intéresse, j’avais écrit cet article sur cet homme et ses héritiers il y a quelques années. Et on peut retrouver sur le site de l’Ina un court reportage où l’on voit Jean Pain produire du gaz en méthanisant des végétaux.
LE LIVRE
Composter en ville : le recyclage des biodéchets pour tous et partout de Jean-Jacques Fasquel, éditions Rustica.
L'ACTU
Il ne faut pas seulement préserver les espèces vivantes. Il faut aussi veiller à préserver leurs cultures et leurs savoirs. Passionnant sujet à lire sur le site d’informations américain The Atlantic.

Comment comprendre ce que le dérèglement climatique va changer dans nos vies ? On peut commencer par écouter ces éleveurs, qui sont en première ligne.

L’artiste Michael Wang s’intéresse aux plantes, désormais disparues, qui ne survivent plus que comme des empreintes inertes dans le pétrole et dans le charbon, les carburants qui alimentent le commerce, l’industrialisation et la destruction de beaucoup d’écosystèmes. Il questionne ainsi le rapport de notre civilisation à son environnement et y cherche des sources d’espoirs.
Participez.
Ecrivez-nous pour nous dire ce que vous aimez, nous partager vos idées et vos découvertes.
CONTRIBUER
Faites connaître.
Partagez Bons Plants à vos amis sur Facebook, Twitter ou par mail.
Facebook Twitter Email
Pour être sûr(e) de recevoir Bons Plants, ajoutez
« contact@bonsplants.com » à votre carnet d’adresses.

Vous recevez cet email parce vous vous êtes abonné, sur notre site ou notre page Facebook, à la newsletter Bons plants.
Copyright © 2018 Upian, All rights reserved.

Notre adresse :
BonsPlants.com Upian - 6 Villa Marcel Lods Paris 75019 France

Cette newsletter est adressée à <<Adresse Email>>
Me désinscrire de cette liste - Mes préférences d'abonnement