Copy
afficher cet email dans mon navigateur
8a08e1dc-466c-4162-9d42-b48f472cf4b3.png
Bons Plants
Bonjour à toutes et tous,

Pour ce sixième numéro de Bons Plants, nous nous rendons sur un immense toit parisien transformé en potager. Comme toujours, le podcast et la newsletter sont réalisés et écrits par Thibaut Schepman, journaliste et jardinier en ville.

N’hésitez pas à partager ce mail avec qui vous voulez sur Facebook, Twitter ou par mail. D’ailleurs si vous recevez cette lettre par un partage, vous pouvez vous abonner ici. Vous pouvez aussi nous écrire à cette adresse
LES JARDINS SUSPENDUS SONT REVENUS
Toits
« Au-dessus de la citadelle sont ces jardins suspendus, merveille devenue célèbre par les récits des Grecs. Ils égalent en élévation le sommet des murailles, et doivent un grand charme à une foule d'arbres élevés et à leurs ombrages.

Telle est la force des arbres qui croissent sur ce sol créé par l'art qu'ils (...) s'élancent à cinquante pieds de hauteur et sont aussi riches en fruits que s'ils étaient nourris par leur terre maternelle. La tradition rapporte qu'un roi de Syrie, qui régnait à Babylone, entreprit ce monument par tendresse pour son épouse, qui, sans cesse regrettant l'ombrage des bois et des forêts dans ce pays de plaines, obtint de lui d'imiter (...) les agréments de la nature. »
Voilà comment l’historien romain Quinte-Curce décrivait les mythiques jardins suspendus de Babylone, considérés comme l’une des Sept Merveilles du monde antique. Ont-ils vraiment existé ? Les débats entre historiens ne permettent pas de trancher définitivement.
Depuis une dizaine d’années, on trouve de rares équivalents contemporains à Chicago, Singapour ou Montréal où de véritables fermes urbaines sont développées sur les toits. Plus récemment, la France a suivi le mouvement, notamment à Paris. Et il y a quelques semaines, des chercheurs français ont produit une étude très importante sur ces nouvelles formes agricoles. Les spécialistes en sciences de l'environnement d’AgroParisTech ont testé et étudié pendant deux ans plusieurs modes de cultures sur le toit de leur institut, avec une approche résolument low-tech. Les bacs de culture étaient par exemple remplis en partie de résidus urbains comme du bois broyé ou du compost de déchets verts.
Leur première conclusion confirme les estimations babyloniennes de Quinte-Curce : il est possible d’atteindre des niveaux de production au m² comparables à celles de maraîchers professionnels sur la terre ferme.
Les autres affirmations de ces chercheurs répondent à des enjeux insoupçonnés à l’époque de Nabuchodonosor II, le concepteur supposé des jardins de Babylone. D’une part, les niveaux de pollution aux métaux lourds sont inférieurs aux normes en vigueur. Ouf. D’autre part, les bacs de culture retiennent une grande partie des eaux de pluie, un atout de taille puisque l’artificialisation des sols laisse craindre dans beaucoup de villes l'inondation à chaque période de grandes pluies.

Fin décembre, un ingénieur écologue trouvait lui une truffe sauvage sur une terrasse végétalisée d'un grand hôtel parisien, non loin de la tour Eiffel. Quelques jours plus tôt, on apprenait qu’à Londres six nouvelles espèces d’araignées ont été répertoriées sur des toitures végétalisées. Ce n’est pas tout, loin de là. Ces toits ont aussi un énorme potentiel en matière d’impact social. Vous l’entendrez avec le dernier épisode de Bons Plants et le témoignage de Daniel.
LE PODCAST
Daniel, le jardinage sur les toits et sans outil
Daniel a 59 ans, il est jardinier amateur et passionné d'ornithologie depuis plus de quarante ans. Il nous raconte comment une aventure potagère appelée « Facteur graine » née sur le toit d’un bâtiment de La Poste a changé sa vie, sa fin de carrière professionnelle et même son rapport au jardin et à la nature. Bonne écoute !
ÉCOUTEZ L’ÉPISODE N°6
CETTE NEWSLETTER EST SPONSORISÉE AVEC AMOUR PAR
Les Éditions Ulmer
Les Editions Ulmer sont spécialisées dans les domaines de la nature et des jardins. Découvrez la richesse et la beauté de leurs livres qui sont évidemment en évidence sur nos étagères.
ulmer
www.editions-ulmer.fr
A VOIR
Ruralité contemporaine
Le photographe Geoffroy Mathieu a travaillé dans Le principe de ruralité sur les « nouvelles formes de ruralité émergentes dans l’agglomération parisienne », notamment du fait de la persistance ou l’apparition de nouvelles formes de production agricole. Ou comment les moutons dans les villes et les salades aux pieds des immeubles bouleversent nos représentations de la ville et de la campagne.

Terrains de l’exploitation Kersanté et bâtiment des Archives Nationales, Stains, janvier 2016. © Geffroy Mathieu - Le principe de ruralité
LA VIDÉO
Le jeu de la marelle
François Rouillay,  le coordinateur national d'Incroyables Comestibles, construit avec des enfants une zone de culture sur terrasse en forme de jeu de la marelle. Un petit film a été tourné à cette occasion en 2016. On voit même le résultat, à savoir une belle récolte de pommes de terre.
LE CONSEIL
Jardinage en lasagne
Les chercheurs d’AgroParisTech le précisent bien, ils n’ont pas cherché une recette unique et magique pour composer un bac de culture sur un toit. N’empêche, ils sont parvenus à un résultat intéressant et à bas coût. Concrètement, ils se sont inspirés d’une technique de jardinage appelé « Jardinage en lasagne », qui consiste à alterner les couches de matières azotées (épluchures, tontes fraîches…) et les matières carbonées (bois broyé, feuilles mortes, pailles…). Ils ont rempli ainsi des bacs de 90x90 cm, et ça marche ! Selon la disponibilité autour de vous, il est possible d’utiliser d’autres résidus urbains, notamment le marc de café que l’on peut récupérer dans certains bars et espaces de coworking.
LE LIVRE
Un écosystème sur mon balcon
de Simon Jouvion
Editions du Rouergue, 112 pages, 2011.
LE QUIZ
Qu’est-ce-que les « Saints de glace » ?

Les indices sont dans l’épisode 6 du podcast.
Le nouveau spectacle coordonné par Brian Joubert
Selon une croyance populaire, c’est la période du calendrier correspondant aux dernières nuits de gel, autour des 4, 5 et 6 mai 
Selon une croyance populaire, c’est la période du calendrier correspondant aux dernières nuits de gel, autour des 11, 12 et 13 mai
La réponse est sur notre page Facebook et en bas de cette newsletter.
L'ACTU
Attention, article aussi long à lire que passionnant. Le HuffingtonPost a très longuement enquêté sur les conséquences de la sécheresse qui a frappé le Cap. On y apprend que le rapport des habitants à l’eau et à ses usages a été transformé, mais aussi que cet événement dramatique a fait émerger de nombreuses innovations sociales et a rapproché certaines communautés. Cette analyse très fine des comportements urbains en temps de catastrophe donne quelques espoirs pour l’avenir de nos vies urbaines.

On aime le site jeveuxmonbacbio.org qui référence les endroits où trouver un composteur partagé.

La recherche continue sur les toits potagers et l’agriculture urbaine. Le projet européen Few-meter vise à « développer un système de mesure de la contribution de l’agriculture urbaine au métabolisme urbain ».
L’AGENDA
Du 28 et 29 avril
Conférence sur les toitures végétalisées à la Maison du jardinage à Paris (75), Jardiplantes à Morlaix (29), Journées des plantes rares et de collection à Béziers (34), Fête des jardins de Mont-de-Marsan (40).
Du 4 et 5 mai
Esprit Jardin à Versailles sur le parvis de la cathédrale, dans les carrés Saint-Louis, au Potager du Roi et à la Cour des Senteurs, Fête des plantes au Château de la Chenevière (14), Printanières de la Brande (24).
Participez.
Ecrivez-nous pour nous dire ce que vous aimez, nous partager vos idées et vos découvertes.
CONTRIBUER
Faites connaître.
Partagez Bons Plants à vos amis sur Facebook, Twitter ou par mail.
Facebook Twitter Email
La réponse correcte au quiz est : Les dernières nuits de gel, autour des 11, 12 et 13 mai

Pour être sûr(e) de recevoir Bons Plants, ajoutez
« contact@bonsplants.com » à votre carnet d’adresses.

Vous recevez cet email parce vous vous êtes abonné, sur notre site ou notre page Facebook, à la newsletter Bons plants.
Copyright © 2018 Upian, All rights reserved.

Notre adresse :
BonsPlants.com Upian - 6 Villa Marcel Lods Paris 75019 France

Cette newsletter est adressée à <<Adresse Email>>
Me désinscrire de cette liste - Mes préférences d'abonnement