Copy
Bons Plants
Voici le second numéro de Bons Plants, votre rendez-vous bimensuel autour de l’agriculture urbaine. Bons Plants c’est un programme de podcast et une newsletter indépendante, participative et gratuite pour tous les cultivateurs urbains et les amoureux du végétal dans la ville.

Le podcast et la newsletter sont réalisés et écrits par Thibaut Schepman, journaliste spécialisé sur l’environnement qui cultive un petit jardin dans une maison en habitat partagé.

Bons plants est un projet en maturation : expérimental, créatif et participatif. Aidez-nous à le faire grandir et évoluer en nous partageant vos idées à cette adresse. Mais aussi en partageant cette newsletter à vos amis.
AUTO-SUFFISANT, MAIS PAS SEULEMENT
Autonomie
Depuis quelques années, l'autonomie notamment alimentaire fait fantasmer de plus en plus de nos contemporains. La multiplication des indices montrant l'imminence de catastrophes en tout genre - citons l'effondrement de la biodiversité, la pollution massive de notre environnement, le chaos climatique et bien sûr les autres déconvenues imprévues qu'ils vont engendrer - y est sûrement pour beaucoup.
A ce sujet, on entend souvent parler des « survivalistes », qui stockent des armes dans les caves pour se préparer à un monde forcément plus violent après ces catastrophes. C'est dommage, parce qu'en vérité la plupart des personnes les plus conscientes et angoissées par ces dangers ont des démarches résolument plus optimistes et bienveillantes.
Premier exemple, avec la petite ville de Todmorden (Yorkshire) au Royaume-Uni. En 2008, une habitante y cherche une solution pour aider les gens du coin durement frappés par la crise économique. Elle propose alors à son entourage de planter des légumes partout où c’est possible dans la ville. Des centaines de personnes suivent l’idée et se mettent à rêver ensemble d’autonomie alimentaire. Depuis l’initiative a pris le nom d’Incredible Edible (les Incroyables comestibles en Français) et des milliers de communes à travers le monde s’en inspirent. Dont pas mal en France, et vous pouvez les rejoindre par ici.

Un autre exemple, loin des potagers cette fois. Il y a quelques années, j'ai eu la chance de participer à un stage d'auto-construction d'éoliennes. Avec une dizaine de bénévoles, en à peine cinq jours, nous avions construit deux éoliennes à partir de matériaux en bonne partie récupérés. Nous suivions une méthode inventée au début des années 2000 par Hugh Piggott, un ingénieur installé dans l'un des endroits les plus hostiles et isolés d’Écosse. Des dizaines de milliers de personnes à travers le monde ont depuis appris la longue série de petites étapes à réaliser pour construire l'« éolienne Pigott ». En France, ils sont plusieurs milliers. Dans mon reportage sur ce stage publié dans Terra eco, j'expliquais que la plupart des propriétaires d'éoliennes Piggott français doivent revendre leur production à EDF, à des tarifs si bas qu'ils ne permettront jamais d'amortir leur installation. Pourquoi, dans ces conditions, autant de gens se fatiguent-ils à construire une éolienne ? Marie, qui accueillait ce stage, m'avait répondu en me donnant sa définition de l'autonomie. Une définition pleine d’altruisme, forcément.
Pour elle, ce mot « ne veut pas dire l’autarcie ou le chacun pour soi ». C'est une démarche qui permet « de consommer avec responsabilité vis-à-vis des autres » et implique « de partager les connaissances ».
Dans le nouvel épisode de Bons Plants, vous entendrez le témoignage de Joseph. Ce jardinier urbain est auto-suffisant, alors qu'il ne cultive qu'un tout petit jardin situé en pleine ville. Marie et son éolienne portent le même message que Joseph et ses légumes. Leur désir d'autonomie ne les a pas isolés, bien au contraire. Joseph s'est connecté avec tout un tas de personnes de son coin. Il a rapidement ressenti l'envie de partager avec ses voisins non seulement ses productions, mais aussi ses techniques. Par exemple : comment faire courir des courges sur les toits. A son échelle, notre média indépendant et en libre-accès va tenter de suivre leurs pas.
LE PODCAST
Joseph et son mini-jardin hyper-productif
Vous allez découvrir l'histoire de Joseph. Il a 35 ans et vit à Sotteville-lès-Rouen, à quelques coups de pédale du centre-ville de Rouen. C’est là qu’il transforme depuis sept ans un ancien parking et une haie de thuyas en un écosystème riche et productif.  
ÉCOUTEZ L’ÉPISODE N°2
CETTE NEWSLETTER EST SPONSORISÉE AVEC AMOUR PAR
Les Éditions Ulmer
Les Editions Ulmer sont spécialisées dans les domaines de la nature et des jardins. Découvrez la richesse et la beauté de leurs livres qui sont évidemment en évidence sur nos étagères.
ulmer
www.editions-ulmer.fr
LA VIDÉO
Le navigateur des low techs
Il y a quelques années, le jeune navigateur et ingénieur Corentin de Chatelperron a cherché à vivre en autonomie, seul avec trois poules et autant de pieds de pommes de terres, sur un tout petit bateau construit à 100% en fibres naturelles. Tout a foiré, il a fini ses six mois de voyage dans le Golfe du Bengale avec de belles carences alimentaires.

En rentrant, il a cherché les solutions low-techs qui auraient pu lui permettre de réussir son objectif. Il en tire cette conclusion : des solutions simples, open source et à bas prix ont déjà été inventées partout dans le monde pour résoudre des problèmes d'accès à l'eau, l'énergie ou la nourriture. Mais, comme lui, trop peu de gens en ont connaissance. Le jeune navigateur veut maintenant travailler à faire connaître et donner accès à ces solutions. Il est reparti en voyage. On peut suivre son carnet de route ici et voir qu'il fait maintenant monter plein de gens du monde entier dans son bateau. La voie de son autonomie est collective, encore une fois.

Photo ©Gold of Bengal Flickr
L'ACTU VUE PAR BONS PLANTS
Comment le pic épeiche fait-il pour donner des coups de bec si puissants qu'ils sont audibles à un kilomètre à la ronde ? Et pourquoi ce petit oiseau ne souffre-t-il pas de chocs aussi violents. Des scientifiques ont trouvé de premières réponses. Qui pourraient nous aider à comprendre les séquelles neurologiques des joueurs de foot américain.

La ville de Paris offre des lombricomposteurs à ses habitants. Sympa.

Vous connaissiez l’arbre “le plus seul au monde” ? Des chercheurs estiment que cet arbre, à l’histoire étonnante, pourrait nous aider à dater l’entrée de la Terre dans l’anthropocène, l’âge géologique qui correspond au moment où l'homme est devenu la principale force de mutation de la planète.
MAIS QU'EST-CE C'EST ?
Nous vous proposons à chaque newsletter un petit jeu en rapport avec le jardinage et/ou la botanique. Pour y répondre, mieux vaut avoir bien écouté le podcast.
Le thème de cette semaine : un légume perpétuel.
Savez-vous nommer ce légume ?
   L’oignon rocambole dit aussi oignon perpétuel
   Le pourpier suédois dit aussi pourpier perpétuel
   La renouée à moustache dit aussi renouée perpétuelle
La réponse est sur notre page Facebook — Photo Kurt Stüber - Wikipédia
LE CONSEIL
Le semis au bon moment, et en mini-mottes
La période des semis va commencer. Si vous êtes débutant, vous êtes sûrement très impatients et vous rêvez de démarrer le plus vite possible. Patience ! Retenez que les semis trop précoces souffrent souvent du manque de lumière. Beaucoup de jardiniers ont déjà constaté qu'une graine semée à la bonne époque donnera des plantes plus vigoureuses, qui rattraperont voire dépasseront bien vite les graines semées quelques semaines plus tôt.

Pour les tomates et les semis à faire à l'intérieur, ne démarrez dès maintenant que si vous vivez en Corse ou au bord de la Méditerranée. Si vous voulez faire comme Joseph, optez pour la technique appelée “mini-mottes”. Pour ce faire, il vous faut une planche comprenant plusieurs dizaines de petites alvéoles ou une machine appelée presse mottes. Dans les deux cas, vous allez pouvoir semer graine par graine dans de petits rectangles de terreau, les mottes donc. Quand la graine aura germé, vous pourrez ensuite déplacer les mottes et les jeunes pousses dans un pot plus grand ou directement au jardin.

Les Parisiens, les Normands et les Nordistes attendront la sortie du prochain épisode de Bons plants pour sortir leurs graines. Ça tombe bien, l'épisode sera consacré à l'art du semis. On vous donnera plein de conseils sur nos méthodes favorites.
En attendant, vous pouvez penser à semer en extérieur vos salades et fèves et certaines variétés de navets, pois ou carottes. C'est aussi la bonne période pour pas mal de boutures et rempotages. Par exemple celles des bambous, des plantes en touffe et des plantes d'intérieur.
L’AGENDA
Le week-end du 3 mars
On vous conseille la Foire aux arbres et plantes de Lisieux (Calvados, du 3 au 5 mars) et la Bourse aux Plantes de Germain le Guillaume (Mayenne, 4 mars 2018).
Le week-end suivant
Notez la Fête des plantes d'Orléans (Loiret, 11 mars), la Bourse aux plantes de Barbezieux Saint Hilaire (Charente) et la Foire aux Plantes 2018 de Colomiers (Haute-Garonne, 11 mars).
Participez.
Partagez-nous vos idées et vos découvertes, dites-nous ce que vous voulez lire et écouter, faites-nous savoir ce que vous avez aimé et ce que l’on doit améliorer.
CONTRIBUER
Faites connaître.

Si vous aimez cette newsletter, n’hésitez pas à la transférer à votre proches.

Soutenez.
Bons plants est une initiative indépendante dont les contenus sont gratuits. Aidez-nous à défricher ce nouveau terrain, à vous proposer des contenus de qualité et à faire grandir notre communauté. Soutenez-nous de façon ponctuelle ou récurrente sur la plateforme de financement participatif Patreon.
NOUS SOUTENIR
La réponse correcte au quiz est : L’oignon rocambole dit aussi oignon perpétuel

Pour être sûr(e) de recevoir Bons Plants, ajoutez
« contact@bonsplants.com » à votre carnet d’adresses.

Vous recevez cet email parce vous vous êtes abonné, sur notre site ou notre page Facebook, à la newsletter Bons plants.
Copyright © 2018 Upian, All rights reserved.

Notre adresse :
BonsPlants.com Upian - 6 Villa Marcel Lods Paris 75019 France

Me désinscrire de cette liste   Mes préférences d'abonnement