Copy

 N°  3  juin 2020  

 
Quand on associe l’entrepreneuriat à l’art et à la culture
L’expérience d’Enda-ia à travers les clubs d’enfants
Editorial
Quand on associe l’entrepreneuriat à l’art et à la culture
L’expérience d’Enda-ia à travers les clubs d’enfants


Il y a 30 ans, Enda a lancé l’espace 21 à Hay Ettadhamen. Des centaines d’enfants issus de familles marginalisées y sont passés et s’y sont initiés à plusieurs activités artistiques, culturelles et sportives. 
Un certain nombre d’entre eux sont devenus des success-stories à travers des projets qu’ils ont lancés (Seif, Ramzi, Khaled et bien d’autres…)ou ils sont des cadres à Enda et ailleurs en Tunisie et à l’étranger…
Après avoir créé enda tamweel en 2016, une institution de microfinance de grande envergure, enda-ia a conservé son statut d’ONG de développement,« avec l’appui  à l’entrepreneuriat »comme pilier principal de ses activités. S’y ajoutent d’autres activités sur les thèmes liés à la citoyenneté, l’accès aux droits sociaux et économiques ainsi que tout un programme autour de l’appui pédagogique à l’enfance…
En cette période de crise sanitaire, grâce à notre travail sur terrain et aussi grâce à la proximité de nos locaux des quartiers populaires, nous avons appris que beaucoup d’enfants souffrent d’isolement et d’oisiveté à cause de la pauvreté. Leurs parents démissionnaires, beaucoup d’entre-eux peuvent s’exposer à diverses formes de violence comme la maltraitance, le harcèlement, ou tomber sous l’influence de groupuscules manipulateurs etc….  Cette situation s’est aggravée avec le confinement.
Face à cette inquiétante réalité, nous avons pensé, et c’est notre conviction, qu’à travers l’art et la culture, nous pouvons, non seulement sauverces enfants, mais les aider à mieux réussir dans leur vie,et par la même, contribuer à bâtir une société plus juste et plus équilibrée. C’est pourquoi, enda a ouvert ses espaces aux enfants pour leur offrir divers services et des activités artistiques et culturelles. La culture entrepreneuriale est également présente dans les activités pour les enfants à travers le programme « aflatoun » grâce auquel, l’enfant apprend les principes de base de l’éducation sociale et financière, se familiarise avec l’esprit entrepreneurial et l’interaction avec son environnement.
La décision prise par enda d’accueillir les enfants des quartiers populaires après le confinement s’est quasiment faite dans l’urgence. Tant le besoin était pressant et nécessaire, et il fallait agirsans tarder pour l’intérêt des enfants et de la communauté. 
Avec les moyens du bord, et dès le 1er juin, enda a pu accueillir quotidiennement 74 enfants de 6 à 16 ans dans ses espaces.  La liste d’attente s’allonge de jour en jour. 
Notre appel sur les réseaux sociaux pour des dons de livres pour enfants et autres équipements a eu un écho favorable auprès de plusieurs personnes et institutions et aussi auprès d’amies d’enda. Et nous avons pu constituer un petit noyau de bibliothèque qui a déjà fait le bonheur de beaucoup d’enfants.
Je saisis cette opportunité pour vous remercier toutes et tous, au nom de tous les enfants et leurs parents pour vos contributions : dons de livres, et pour toutes vos idées de collaboration avec nous.
Un mois après le démarrage de cette expérience, et malgré le succès qu’elle a connu, on se pose tout de même quelques questions :
•    Comment associer nos synergies pour une société plus juste, plus équilibrée en préparant nos enfants à devenir des citoyens résilients, engagés et responsables ?
•    Quelle place et quel rôle devrions-nous donner à l’art et à la culture dans notre quotidien et aussi dans nos activités quelle que soit la taille de notre institution ?

 

Evènements marquants du mois
Lancement d’enda startup studio
Pour une dynamique entrepreneuriale innovante : enda inter-arabe lance Enda Startup Studio

 
Pilier principal autour duquel sont axées les activités d’enda, le volet « entrepreneuriat » se dote d’un nouvel outil, « enda startup studio ».

Il s’agit d’un programme d'incubation dont l’objectif principal est d’appuyer et accompagner la création d’entreprises.

Conçu et mis en place par Enda inter-arabe, Enda startup studio est destiné à soutenir les jeunes entrepreneurs qui proposent des solutions innovantes à des problèmes pré-définis par les investisseurs.
 
Le programme de formation que propose Enda startup studio contient les modules suivants :
  • Un mentorat stratégique et technologique
  • Un accompagnement juridique
  • Une multitude d'avantages et de services de partenaires
  • Des ateliers de formation axés sur l'entrepreneuriat social et solidaire
  • Une période d’incubation dans nos locaux
  • Un accès au financement
Souk el Kahina, appel aux jeunes porteurs de projets innovants ….
Une opportunité pour les jeunes du Kef, du Cap Bon, de Sidi Bouzid et du Grand Tunis pour lancer leur entreprise dans la transformation/conditionnement et commercialisation des produits agro-alimentaires…

Souk el Kahina, projet destiné à accompagner et appuyer environ 210 petites agricultrices et petits agriculteurs des régions ci-dessus citées en vue de leur permettre un meilleur accès aux circuits de commercialisation, s’associe à startup studio pour démarrer le processus de développement et/ou de création d’entreprises de production/conditionnement des produits agro-alimenatires et de leur commercialisation.


A Nabeul, à Sidi Bouzid et au Kef il y aura une entreprise de transformation et de conditionnement dans chaque région et une entreprise de commercialisation dans le Grand Tunis.
Au-delà des quelque 1000 emplois directs et indirects que ce projet pourrait générer ou consolider, sa mise en œuvre est basée sur le principe  de l’économie sociale et solidaire.

L’appel est donc lancé par enda startup studio pour inviter les jeunes intéressés de ces régions à présenter leur candidatures à travers le site www.enda-stratupstudio.tn

Enda inter arabe a même pensé aux jeunes qui n'ont pas accès à internet. Des points relais de connexion ont été mis à leur disposition pour participer aux hackthathons en ligne. 

les candidats ayant des idées de projet qui méritent davantage d’exploration ou qui ne sont pas en mesure de déposer des candidatures complètes, ils peuvent toujours postuler à un Hackathon, l’occasion de structurer leurs idée oû Ils seront encadrés par les formateurs d’enda pour une mise à niveau; et pourront ainsi intégrer le parcours d'incubation de Souk El Kahina
Le 1er Hackathon destiné aux jeunes qui souhaitent lancer ou développer leur activité sur le Grand Tunis dans la commercialisation et la distribution des produits agro-alimentaires, a commencé le 13 juillet 2020.

Le 2éme Hackathon, destiné aux jeunes qui souhaitent lancer ou développer leur activité au Cap-Bon, à Sidi Bouzid ou au Kef dans la transformation et le conditionnement des produits agro-alimentaires, aura lieu le 21 juillet 2020.
Notre partenaire l’AFD (Agence Française de Développement) offrira aux entreprises retenues des tickets d'investissement allant jusqu'à 350 000 dt par entreprise.
 
Visite de son Excellence l’Ambassadeur de Belgique à Enda
Son excellence Monsieur l’ambassadeur de Belgique et son épouse ont rendu visite à enda-ia et à enda tamweel le vendredi 26 juin. La Belgique assure un partenariat avec enda à travers la prise de participation de Bio-Invest, (www.bio-invest.be), société financière belge dans le capital de Enda tamweel, filiale micro-finance de Enda inter-arabe. Au cours de cette visite, Monsieur l’Ambassadeur s’est rendu à l’agence d’Enda tamweel d’El Omrane où il a rencontré et discuté avec plusieurs clients et le personnel de l’agence.
A Enda inter-arabe, il a visité les clubs d’enfants et d’autres ateliers. Une discussion et des échanges ont eu lieu avec un groupe d’artisanes venues exposer leurs créations à Enda-ia. Le problème de la commercialisation de leurs produits a été exposé et des pistes de collaboration étaient évoquées.
Monsieur de Bassompierre a également rencontré un groupe de jeunes entrepreneurs qui étaient en formation à enda dans le cadre du « parcours express ».
Il s’est déclaré impressionné par les réalisations des deux institutions et a félicité les co-fondateurs et le personnel.
Initiatives au profit de notre communauté
Parcours express Bizerte et Grand Tunis
Entrepreneuriat : Parcours express pour accompagner les jeunes porteurs d’idées de projets au Grand Tunis et à Bizerte

« Parcours express » est un programme de formation initié par enda-ia en collaboration avec enda tamweel qui vient en aide aux jeunes promoteurs dans le processus de création et de développement de leur projet allant de l’émergence de l’idée de projet jusqu’au financement.

Du 23 juin au 3 juillet, 35 jeunes ont participé à deux sessions de formation dans le cadre de « parcours express » et qui ont été organisées simultanément Tunis (23 participants dont 13 femmes) dans les locaux d’enda-ia, et à Bizerte (12 participants : 6 hommes et 6 femmes) à la maison de la culture. Les projets présentés par ces jeunes concernent différents secteurs d’activité : agro-alimentaire ; paramédical, services (transports, bâtiments, esthétique, automobile, commercialisation, 3 projets à Bizerte dans le domaine des arts et de la culture ; nouvelles technologies, éducation ; sports et loisirs, etc…)
Des accords de financement d’un montant total de 530 000 dt ont été accordés aux promoteurs : 162 000 dt à ceux de la région de Bizerte, et 373 000dt pour 15 sur 23 de Tunis.
Quelques-uns ont bien voulu s’exprimer sur cette expérience :
 
Mohamed Dhia Sebai, un jeune de 21 ans de Denden: « quinze jours pour réaliser mon rêve. En 15 jours, mon plan d’affaires est prêt et l’accord de financement obtenu. Je vais pouvoir enfin lancer ma salle de sport formule « santé et bien-être » ciblant les femmes en surpoids
Mohamed Dhia ne compte pas s’arrêter là, il prévoit d’intégrer dans les prochains mois tout un concept sportif adapté aux enfants autistes pour contribuer à leur épanouissement et à leur équilibre en vue de faciliter leur insertion dans la société.
 
Meriem, j’ai besoin de 10 000 dinars pour lancer masociété de transport, intermédiare entre les taxis et les particuliers avec 172 taxis dans ma base de données. En ces quinze jours j’ai validé mon plan d’affaires. Dés le lancement de ma société, je vais pouvoir créer des emplois pour 9 jeunes… »

Tarek,chef de projet « Dary dar », projet dans le domaine de l’immobilier :« j’ai besoin d’un investissement de 200 000 dinars. J’ai déjà participé au Hackathon organisé en ligne par endadurant le confinement. Je participe au « parcours express » pour plus d’apprentissage sur la gestion des projets, et pour élargir mon réseau. Les différentes actions auxquelles j’ai pu participer à enda m’ont donné les outils nécessaires pour réussir mon entreprise »
Enda dans les régions
Enda à Kasserine
A Kasserine: activités ciblant entrepreneurs, enfants, et femmes rurales
Education financière pour les petits entrepreneurs:
 
Durant le mois de juin, Ali Charfi, coordinateur enda-ia à Kasserine a animé dans plusieurs régions du gouvernorat de Kasserine 8 sessions d’éducation financière et d’initiation au paiement mobile à travers l’utilisation de la carte mobi-tamweel avec le prélèvement automatique Cette action, au profit de 160 clients d’enda tamweel, était fortement appréciée par ces clients surtout après la période de confinement à cause du bouleversement survenu dans la gestion de leurs finances : décalage des remboursements des prêts, ralentissement de l’activité, voire, le fermeture de certains projets…
Pour le renforcement des capacités des femmes rurales de Kasserine
علمني وفي بلادي خدمني (apprendre pour travailler dans sa région)
 
28 femmes rurales de la localité de Khmouda délégation de Foussana ont suivi des sessions de formation technique (alfa, broderie). Certaines sont clientes d’enda tamweel, d’autres envisagent de le devenir. Cette action qui a duré trois mois, a été réalisée en collaboration avec le groupement « artisans solidaires » de Kasserine. Les femmes ont obtenu leur CAP (Certificat d’Aptitude Professionnelle) et leur carte d’artisane. Elles comptent aller plus loin. Déjà, elles ont loué un local sur leurs fonds propres en cotisant pour payer le loyer. Elles souhaitent participer à une foire. Une association italienne qui assure la promotion de l’artisanat tunisien est disposée à leur fournir la matière première et des fournitures. D’après notre collègue Ali, le moral de ces femmes est au top après une période de dépression à cause du confinement….

Les clubs d’enfants : avec la fermeture des écoles, le programme aflatoun est accessible en ligne tous les samedis pour les enfants.
Enda à Bizerte
ARTICAMP Appui aux artisanes et aux jeunes créateurs

La chebka et la broderie de Ras Jbel et de Ghar el Melh, un parimoine vestimentaire revisité
La broderie et la chebka, art pratiqué surtout par les femmes de ces deux villes du gouvernorat de Bizerte, sont connues pour orner les habits d’apparat, au masculin comme au féminin. Et qui dit habit d’apparat, pense automatiquement à habit de cérémonie donc occasionnel, et prix très élevé… ce patrimoine sera revisité à travers une initiative lancée par enda-ia en partenariat avec la Fondation Rambourg http://www.rambourgfoundation.org/
Le défi pour l’équipe d’enda-ia est de faire évoluer ce patrimoine d’un rôle traditionnel en tant que tenue d’occasions, vers une utilisation plus moderne et plus large, tout en préservant son côté authentique.
Pour relever ce défi, enda organise le 1erarticamp du 6 au 17 juillet et qui ciblera une vingtaine de jeunes ayant les compétences suivantes : broderie, chebka, modélisme, couture, modélisation 3D. L’encadrement et l’animation des ateliers seront assurés par trois designers connus pour leur longue expérience artistique et pour leur travail sur le terrain avec les artisanes. Il s’agit de Faiza Ennaceur, Khawla Abid et Salah Barka. Cette rencontre/formation inédite aura lieu dans un café à Ras Jbel, lieu très convivial et fonctionnel et qui sera dédié exclusivement à cet évènement.
Un appel aux jeunes a été lancé  par enda sur nos réseaux sociaux pour présenter leur candidature à travers ce lien   https://forms.gle/GAGX854dvCbS6qNr8

Témoignages d’une jeune artisane
Meriem Hedhili, styliste modéliste
Née à La Goulette, Meriem a 28 ans. A 18 ans, elle était obligée, pour des raisons matérielles, d’interrompre ses études. Elle a toujours rêvé de travailler en indépendante. Le milieu où elle a grandi a favorisé ses orientations vers un métier d’art et de créativité, car sa maman, ses tantes étaient brodeuses et couturières. En plus, elles maitrisaient l’art de la récupération et de la transformation de vieux objets
« A cause de nos moyens financiers limités, dans ma famille, rien ne se perd, tout se transforme. J’ai appris très tôt que la valeur du travail est importante surtout pour la femme pour préserver sa dignité et garantir son autonomie.»
Aujourd’hui, Meriem, devenue créatrice d’une ligne d’habillement pour femmes alliant traditions et modernité. Elle a obtenu un micro-crédit de enda Tamweel de 2000 dinars. Et à enda-ia au sein de l’espace el Kahina, elle a bénéficié de formations et d’encadrement en design, éducation financière, marketing digital etc…
« Après avoir obtenu toutes ces formations, cela a fait naître en moi un besoin d’être à jour régulièrement au sujet de la mode et des tendances en Tunisie et dans le monde. J’ai appris à enda comment réaliser mon logo ma page FB. Mon ambition est d’être plus connue et avoir un nom sur la scène de la mode. J’espère qu’Enda pourra m’accompagner jusqu’à réaliser mon rêve », déclare Meriem.
ENDA/ATLAS: Collaboration autour du concept OVOP
One Village One Product

 
Depuis février 2020, l’association Atlas et enda sont en train de renforcer leurs liens de collaboration autour du concept OVOP. Une 1ère réunion de prise de contact a eu lieu à enda ia le 19 février 2020 en présence de Essma et Michael, co-fondateurs d’enda,  et de Salah a Hannachi, Président d’ATLAS. S’en est suivie une autre réunion à enda tamweel  le 23 juin dernier.
Et pour transformer les mots en actes, Hela Ben Hassen, coordinatrice régionale d’enda a participé à la réunion préparatoire d’un évènement lié au concept OVOP.  C’est dans ce cadre que 5 jeunes promotrices, clientes d’enda ont participé à la journée de dégustation des produits du terroir en exposant leurs plats spécifiques et des produits de leurs zones. L’évènement a eu lieu le 30 juin dernier à la Technopole de Menzel Abderrahmen.
Enda à Sidi Bouzid
Appui aux  producteurs d’ail
Dans le cadre de l’appui qu’apporte le projet Souk El Kahina aux petits agriculteurs, deux missions ont eu lieu à la localité de « Oum Laadham » pour informer et sensibiliser les producteurs d’ail de la zone sur le principe de souk el Kahina et sur le commerce équitable. Entre 25 et 30 paysans (dont trois femmes seulement ont assisté aux différentes réunions d’information qui ont eu lieu en juin). Lotfi Khaskhoussi, coordinateur régional d’enda essaie de mobiliser plus de femmes et plus de jeunes afin d’aboutir à la création d’un GDA ou une SMSA (Société Mutuelle de Services Agricoles) par les agriculteurs en fonction de leurs besoins.

Les problèmes évoqués par tous et auxquels ils souhaitent trouver des solutions avec leur adhésion au projet :
  • l’ail bio : beaucoup de dépenses pour  de petites quantités
  • Problème de l’eau : puits non réglementaires
  • Main d’œuvre couteuse
  • Technique de semence de l’ail pénible (à la graine)
  • Cycle de production long : 9 mois
  • Comment cultiver l’ail bio ?
  • Absence des structures de l’Etat
  • l’ail importé : pourquoi l’Etat importe l’ail et le vend plus cher et notre production est négligée et vendue à des prix trop bas ? Au moment où l’ail importé se vendait à Tunis à 28 dinars le kg pendant la crise sanitaire, à Sidi Bouzid, ça se vendait à 1d800 le kg.
Les discussions, les séances de sensibilisation et d’information entre l’équipe enda Souk El Kahina  et les paysans se poursuivent sur terrain. Surtout que ces derniers laissent souvent s’exprimer leur hostilité et leur méfiance vis-à-vis des projets de développement. En général, les agriculteurs prennent leur temps pour aboutir à concrétiser une idée de projet avec les acteurs de développement.
Droits sociaux économiques et citoyenneté
CHOIX DE VIE "51 ème édition"
Choix de vie, 12 jeunes autour d’un slogan pour changer leur vie….

Du 17 au 24 juin a eu lieu à enda un atelier « choix de vie » animé par Khaled Jamoussi, coach et formateur. Cet atelier a réuni un groupe de 12 jeunes (9 filles et 3 garçons) autour d’un slogan « Je change, je programme ma vie et j’influence mon environnement ». Ce programme a été mis en place par enda-ia  et a démarré en décembre 2017 au profit des jeunes  de 18 à 35 ans  en difficulté d’insertion sociale et professionnelle. Le programme aspire à stimuler l’autonomie des jeunes, les responsabiliser à travers la découverte de soi, et de son environnement pour aboutir à la concrétisation d’un projet professionnel. En voici quelques témoignages,
Selon Amira, une participante, « les échanges d’expérience, les témoignages, souvent douloureux et bouleversants nous permettent de nous construire et de construire notre avenir. J’étais parfois secouée, car il ya des exercices qui se focalisent sur des domaines de notre vie qu’on a du mal à évoquer… »
Ala, 26 ans, « cet atelier nous a amenés à la fin à enlever nos masques. Des échanges sans jugements de valeurs, c’est rare dans notre société. Aujourd’hui et après ces exercices sur soi, je regarde vers le futur. On comprend mieux et on prend plus conscience de l’importance de certaines valeurs humaines : le respect, la tolérance…».
Salwa, « je suis arrivée le premier jour lourde d’idées négatives, fatiguée moralement… les exercices de travail sur soi nous rendent plus légers car nous avons mis en valeur tout ce qu’on a de positif et surtout nous avons pu parler des choses qui nous faisaient mal. C’est une sorte de thérapie de groupe. Je peux aller vers l’avant maintenant » ;
Youssef, Mehrez, Rihem, Nejla ou Safa… toutes et tous déclarent avoir trouvé un sens à leur vie en se débarrassant de plusieurs préjugés, sont moins timides, moins recroquevillés sur eux-mêmes, moins isolés… « Il y a une sorte de magie dès qu’on entre dans les espaces d’enda. Après cette formation, nous pensons qu’à enda, tout est possible » conclut Emira….

A ce jour 51 ateliers sur ce thème ont été organisés, et ont touché 720 jeunes venant des régions du Grand Tunis, de Kasserine, Mednine, Nabeul, Le Kef, Sidi Bouzid, Gabès.
Sur les 710 participants, 526 sont des filles. Pourquoi ce décalage de genre ? quelle explication ?

Mohamed Bouazizi qui gère le système d’information d’enda avance une hypothèse: les formations sur l’entrepreneuriat, là où on parle d’argent et d’investissement ou de crédit, on y trouve plus de garçons. Parce que les garçons sont focalisés sur l’argent et pensent à leur avenir professionnel. Tandis que les ateliers sur « le choix de vie » invitent les jeunes à parler d’eux-mêmes et de leur vécu, parfois douloureux. Les garçons sont résistants à cette approche. Les filles sont plus à l’aise que les garçons sur ces thématiques…à approfondir…
Enda English Club
Cours d’anglais au profit des jeunes

En plus des cours d’anglais pour enfants animés par Michael, de nationalité canadienne, et ami d’Enda, d’autres cours destinés aux jeunes sont animés par Mehdi Youssef. En juin une centaine de jeunes se sont inscrits à ces cours qui attirent de plus en plus les jeunes des quartiers populaires avoisinant le siège d’enda-ia… 95% sont des filles. Igor, un jeune congolais de Kinshasa et Hayembe, du Zimbabwé sont les seuls garçons dans les groupes. Quant à cet engouement pour la langue de Shakespeare, presque toutes et tous s’accordent à dire : « Nous voulons apprendre l’anglais pour mieux maitriser l’outil technologique car les manuels et tous les supports sur les Nouvelles technologies sont en anglais »
Enda kids
Les clubs de loisirs, art et culture pour les enfants, Pour une citoyenneté responsable et équilibrée

Témoignages des parents:


Un mois après le lancement des clubs pour enfants, enda a invité les parents à des réunions régulières pour les écouter et avoir leurs avis sur l’impact de nos services sur leurs enfants.
Nous partageons avec vous une partie de leurs témoignages :
  • Kawthar, mère de deux jumelles :  nos enfants rentrent à la maison épanouis, heureux et ont hâte le lendemain de retourner à enda. Mon mari et moi, on n'a plus besoin de crier pour les réveiller le matin ou pour qu’ils aillent au lit le soir…ils sont dans une démarche d’autonomisation. Je pense que nos enfants ont trouvé l’amour et l’écoute que, nous, parents, on n'a pas pu leur donner ; parce qu'on est fatigués, parce que on est absents toute la journée, parce qu'on ne les écoute pas.
  • plusieurs parents : « nous sommes contents de voir nos enfants aimer le livre et se mettre à la lecture ». Des enfants qui se mettent à écrire des histoires... certains parents n’en reviennent pas tellement leurs enfants ont changé positivement, en si peu de temps !
  • Maintenant nos enfants communiquent mieux avec nous. Ils ont complètement abandonné les tablettes et smartphones dont ils étaient dépendants,
  • Des parents ont rapporté des plaintes de leurs enfants qui se sentent parfois exclus par leurs camarades. La question est suivie par l’équipe d’encadrement.
Le succès de cette initiative a touché plusieurs personnes et institutions évoquées dans l’éditorial. Enda remercie Mmes Mouna Bouchamaoui, Amel Belkhoja, Yousr Riahi et M. Salah Yazid pour les dons de livres. Des propositions d‘aide et de collaboration continuent à nous parvenir.
La plus récente nous est venue de SOPRA Bank Group avec la visite à enda de Mesdames Lilia Ben Belgacem, directrice de projets et Selma Messaoudi, responsable Ressources Humaines du même groupe. Des pistes de collaboration ont été identifiées: dons de livres et d’instruments de musique, promotion du programme Aflatoun…Il est prévu de se revoir pour étudier la faisabilité des aspects de cette collaboration.
Page facebook
LinkedIn
Site web enda inter-arabe
YouTube
Copyright © 2019  Enda inter-arabe, All rights reserved.

Espace El Kahina : Immeuble Chérifa, Cité Ettahrir, 2042 Tunis, Tunisie
 
Nous contacter : contact@endarabe.org.tn

Tel : + 216 71 222 522